Subir ou choisir

MagasinVetementsC'est justement quand je suis en train de faire une overdose de mails et que j'ai décidé de supprimer mes comptes Facebook perso et Sêmera que, dans un magasin de vêtements, la caissière me propose la carte fidélité de l'enseigne avec remise immédiate de 10€.
Je connaissais la carte fidélité qui au bout d'un certain nombre d'achats donne droit à une remise. Là on me donne de l'argent tout de suite pour que je prenne la carte fidélité ! Je refuse, la caissière insiste lourdement. "Vous refusez qu'on vous offre 10€ ?" "OUI".

Je veux payer. Je ne veux plus des services gratuits qui pompent mes données, les revendent puis je me retrouve ensevelie sous des tonnes de mails.

Avez-vous remarqué que de plus en plus de gens ne voient pas les mails personnels qu'ils ont reçus ? Ils sont noyés dans la masse de publicités et d'arnaques.

Vous pouvez demander la suppression de votre compte Enseigne ceci ou Enseigne cela et des données y afférant. Cherchez l'adresse mail à contacter dans la page Mentions légales du site (souvent tout en bas) puis le paragraphe sur la "protection des données personnelles", plus d'infos ici.

Je vous explique le process auquel je veux limiter autant que possible ma participation :

  1. J'utilise un service gratuit (programme fidélité, messagerie, réseaux sociaux, applis mobiles...)
  2. Ce service exploite mes données pour sa propre utilisation et les revend aussi, c'est le deal (les fameuses CGU - conditions générales d'utilisation)
  3. Les sociétés qui ont acheté les données envoient des publicités ciblées et peuvent aussi revendre le fichier qu'elles ont acheté (vers l'infini et l'au-delà !)

PbOrdiLà où ça se corse :
Internet a été créé pour être utilisé entre gens de confiance. D'abord au sein de l'armée puis au sein d'universités.
Les pirates (organisés comme des entreprises) utilisent donc les failles de sécurité pour agir avec malveillance.
Ils examinent attentivement les réseaux sociaux pour deviner les mots de passe (nom du chien, année de naissance de l'aîné) et accéder aux messageries (et donc au carnet d'adresses) ou aux sites marchands pour lesquels une carte de crédit peut être enregistrée. Ils utilisent des programmes pour les aider à trouver les mots de passe.
Ils récupèrent les fichiers de données personnelles auprès des sociétés qui n'ont pas bien sécurisé leur système informatique (Bravo à Nuxe qui, le 29 janvier 2020, a eu l'honnêteté de prévenir les internautes que sa base de données avait été piratée), ils les revendent ou/et les utilisent eux-mêmes pour envoyer des faux mails des impôts, d'une banque, des mails au titre alléchant "devenez riche en 15 jours" etc avec un lien à cliquer qui va installer un programme et permettre :

  • soit d'enregistrer l'identifiant et le mot de passe saisis
  • soit de crypter les données et demander une rançon (exemple récent ici)
  • soit, et c'est là que ça s'aggrave, utiliser l'ordinateur piraté pour commettre des malveillances de grande ampleur : tester des mots de passe pour prendre la main sur d'autres ordinateurs, envoyer des spams en masse, bloquer des sites nationaux institutionnels ou marchands (exemple récent ici).

Les entreprises et les pirates veulent des adresses mails !

TropDeMailsChaque fois que nous créons un compte (et notamment pour les fameuses cartes fidélité), l'adresse mail, les informations personnelles rattachées et notre activité web enregistrée peuvent être vendues maintes fois, dérobées maintes fois, exploitées à l'infini, c'est le BIG DATA [Article complémentaire ici].

Les sociétés malveillantes s'agrandissent et leurs membres sont de mieux en mieux formés. Les sources d'arnaques, de piratages se multiplient de manière exponentielle.

N'hésitez pas à demander la suppression des comptes que vous n'utilisez plus, à limiter l'enregistrement de votre adresse mail (et de votre mobile), à changer votre adresse mail, à utiliser différents mots de passe complexes surtout pour votre messagerie, les réseaux sociaux et les sites sensibles (banque, sites où l'enregistrement de la carte bancaire est obligatoire).


Pour une sécurité optimale, les précautions à prendre sont vraiment nombreuses, vous pouvez les découvrir grâce à la formation SecNumAcadémie (que j'ai suivie, ça m'a pris une vingtaine d'heures). Sinon, plus rapide, l'Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d'Information a également rédigé des articles sur le sujet.

Nous pouvons, chacun à notre échelle, participer à l'amélioration de la sécurité numérique et contribuer à ce que les plus fragiles (les jeunes, les personnes âgées, les personnes moins instruites) soient respectés.

 

TempsCraquerMotDePasse

Voici un poème traitant du handicap physique quand il survient à l'adolescence.

Cliquez sur l'image pour écouter l'enregistrement audio

CaptureSoundcloudNouvelleEtoile

Nouvelle étoile dont l’une des branches est abîmée
C’est normal que tu rêves d'autres voies lactées.

Découragements et déceptions
L'infini, toujours, a été sombre
Toi, tu regardais les autres étoiles
L'innocence posait sur toi un voile.

C'est trop vaste, c'est obscur !
Le tulle devient linceul.
C'est trop dur, c'est trop brusque !
Tu veux pleurer, crier ;

Qui t'entendra dans l'immense nuit ?
Mais ose ce bruit, c'est de la vie.
Il te soulage et te relie
A toute l'humanité enfouie.

Nouvelle étoile brillera aussi.
Explore pleinement la galaxie,
Discontinu demeure le halo
Ca scintille et papillote

D'autres étoiles sont meurtries, toutes elles clignotent
Accueille les nuances, et valse avec la nuit.

 

Pour Lisa N.

© Corinne Carrot

 

 Extrait du film Bright star de Jane Campion sur la vie du poète John Keats (1795 - 1821) à propos de la poésie :
« L'art de composer n'est qu'une coquille vide, une imposture. Si la poésie ne vient pas aussi naturellement que les feuilles à l'arbre autant qu'elle ne vienne pas. La poésie est une expérience des sens. Par exemple, on ne plonge pas dans un lac pour immédiatement rejoindre l'autre rive mais pour être dans le lac et jouir de la sensation délicieuse que nous procure l'eau. Comprendre le lac n'a aucun sens, c'est une expérience qui dépasse la compréhension. La poésie nous nourrit, nous apaise et nous conduit à accepter le mystère. »

model 1160216 340

 

Jean-Gabriel Causse* explique dans le numéro 16 de Maison Française Magazine que le rose est peut-être associé aux filles depuis les années 1780 où "Marie-Antoinette en usait et en abusait dans son Petit Trianon à Versailles [...]. Et comme la belle blonde était connue pour ses frasques amoureuses, les hommes de la cour n'osaient plus porter cette couleur, de peur de passer pour "un peu trop proches" de la reine. Les femmes de Paris, pour qui Marie-Antoinette symbolisait la mode absolue, adoptèrent en masse cette couleur, et les hommes, eux, l'abandonnèrent."

C'est dommage car M. Causse met aussi en avant les apports du rose sur notre mental. Quand nous regardons cette couleur, nous activons les mêmes zones du cerveau que lorsque nous ressentons du bonheur.
Il aura fallu attendre plusieurs dizaines d'années pour que les hommes osent porter de nouveau du rose ! Les conventions ont la peau dure.

 

stones 1014567 340

 

J'aime cet exemple car il traduit parfaitement une notion importante pour notre développement : reconnaître les croyances qui nous figent. N'oublions jamais que la nouveauté agit comme un anti-dépresseur et qu'elle est souvent à portée de main ; mais les habitudes ...
Des milliers d'hommes n'ont pas porté de rose par convention sociale sans même savoir d'où cette convention provenait.

 

 

 

poster 35749 960 720

 

Je mets en parallèle cet article sur le rose avec "L'Enfance captive" de Jean-Claude Dorchies (Ed. Riffle Nord) que je lis en ce moment. L'ouvrage raconte l'enfance d'Edouard, rythmée par les conventions sociales, justement, pendant la décennie qui suit la seconde guerre mondiale.
L'auteur décrit le quotidien avec une minutie qui va bien au-delà de la conception que je me faisais du détail, c'est tout simplement prodigieux.

Les quelques fois où j'ai essayé de comprendre le pourquoi de mai 1968, on m'a répondu "Contre l'ordre établi". Et c'était abstrait pour moi, je n'étais pas plus avancée. "L'Enfance captive" me fait toucher du doigt ce que les soixante-huitards signifiaient par "l'ordre établi".
C'était cet immense registre de conventions sociales que tout le monde appliquait, subissait. Et puis il y a eu une génération qui n'a plus supporté ce carcan.

Jean-Claude Dorchies nous fait remonter le temps, nous emmène dans un univers figé, contraint, empli d'obligations qui existent par elles-mêmes, chacun se mettant la pression par le regard des autres, eux-mêmes sujets à des obligations identiques :

- passer chez tels membres de la famille, tels voisins, tels amis à des dates précises du calendrier.

- avoir une pièce de la maison qui sert de faire-valoir, avec ses meubles qui en imposent, mais où personne ne va jamais, hormis fête de famille.

- posséder un service de table ultra-complet utilisé aux grandes occasions et dont quelques éléments ne serviront jamais.

- acheter des gâteaux à la pâtisserie, le dimanche uniquement mais tous les dimanches.

- faire la tournée des cimetières, avec un protocole réglé comme une pendule.

- répéter les mêmes phrases, toujours les mêmes phrases aux enfants : "Ne touche pas." "Ne gaspille pas." "Tiens-toi bien."

- etc.

 

 

 

marketing 453488 340

 

Il est certain que le virage pris, ne le fut pas à 90°, mais à 180° : Ces jeunes de mai 68 étaient épris de libertés individuelles. La nature ayant horreur du vide, les médias et le marketing ont pris, main dans la main, la place laissée vacante et nous font croire que nous ne pouvons pas vivre normalement sans écrans, sans être à la mode, sans offrir les jouets derniers cris aux enfants, etc.

D'autres temps, d'autres croyances mais toujours des obligations car "les autres le font".

 

Récemment, on s'étonnait que je ne choisisse pas blanc pour repeindre un plafond. "Pourquoi pas ?" ai-je demandé. "Bah, d'habitude tout le monde peint le plafond en blanc."

On n'a pas fini de chercher à être libre.

 

Plus de pistes...
...pour tous :
Par-delà ces croyances qui nous font nous comporter comme des moutons, le sentiment d'appartenance est un besoin tout à fait légitime. Ce ne serait pas forcément bon signe, de systématiquement vouloir faire différemment des autres, et ce serait probablement révélateur, au final, d'une autre croyance !

Et si nous prenions un moment pour discerner quand nos choix proviennent d'abord d'un besoin d'appartenance à un groupe ou quand ils correspondent d'abord à l'expérience que ce choix est bon pour nous (les deux sont heureusement compatibles mais amusez-vous à voir ce qui vient en premier).

...pour les parents :
Essayez d'aborder ce point avec vos enfants de plus de sept-huit ans. Exemple : Va-t-il (elle) à cette fête d'anniversaire parce qu'il (elle) s'en fait une joie ou parce que tous les copains sont invités donc il (elle) se sent obligé(e) ? N'allez pas plus loin, il s'agit juste de percevoir des ressentis.

Vous pouvez aussi partager avec votre enfant une situation qui vous est arrivée. Exemple : "Tu vois, tous les voisins ont une tondeuse à gazon alors j'en ai achetée une aussi, sans vraiment réfléchir, par mimétisme. En fait, je me rends compte que nous avons beaucoup moins de surface gazonnée qu'eux. Cet achat n'était pas indispensable."

 

* M. Jean-Gabriel Causse est membre du comité français de la couleur, auteur de "L'étonnant pouvoir des couleurs" (Ed. du Palio).

icone conseils poesie 253x300

 

J'ai écrit un poème pour sublimer une grosse frayeur qui restait à me hanter.

Vous n'avez pas l'habitude d'écouter de la poésie ?
Lisez au préalable ces conseils, provenant d'une interview du poète Philippe Mac Leod pour le magazine LA VIE. Cliquez sur l'image.

 

 

 

 

Si vous souhaitez vous abonner au magazine LA VIE, CLIQUEZ ICI

 

Un poème, ça s'écoute :) ! Cliquez ci-dessous :

piranhas title 123287 180

Regarder cette vidéo sur Youtube

 

Piégée par ma phobie, une violence extrême
Verbale, déboule sans fard, sans crier gare
A mon insu, pas voulu, cependant amarrent
Des forces, se déchaînent sur le devant de la scène

Mais comment échapper à cette folle régate ?
Les marins désordonnés, paniqués, s'affairent
Et le capitaine ne sait plus où est la terre
Mille hypothèses, tous en furie, pour voir l'asphalte

Quand, à la faveur du silence et de la nuit,
Toutes ces pensées ont surgi dans mon esprit
Tiraillée, entraînée, qui donc va gagner ?

Angoisse, culpabilité, je n'en veux aucune
Elles ont plus de pouvoir tant que brille la lune
Mais, garder pieds, sachant où elles veulent m'emmener

Respirer. Encore. Je suis vivante. C'est fini.
Tirer la leçon et continuer la vie
Elles reviennent déjà, je ne peux m'échapper

Tout faire pour ne pas se laisser prendre au supplice
Sottes distractions venez prendre toute la place
De sorte que de moins en moins je me tracasse
Par enchantement le temps va faire son office

Amnésie, tu ris, tu mens, je décline ta danse
Temporairement, tu éloignes l'enclume
Plus sûrement, puis je remercie ma plume
Fidèle, vaillante, au service de ma conscience.

tongs 300x169

 

J'aime porter des tongs.
Ce matin, mon mari me parle d'un article intitulé "Attention aux tongs !"
Je n'ai pas lu l'article.
Quelles que soient les informations alarmistes des médecins, je continuerai à porter des tongs.
J'ai une petite callosité au milieu de chaque plante de pied, à la naissance des orteils. Je suis allée voir une pédicure-podologue il y a 3 ou 4 ans.
Elle m'a expliqué qu'elle n'avait jamais vu de callosité à cet endroit du pied et que la seule explication était que je porte souvent des tongs et que j'ai des ancêtres perroquets.

 

perroquet

 

En effet, quand je marche avec des tongs, mes orteils se cramponnent comme ils peuvent, exactement de la manière dont les griffes des oiseaux enserrent la branche qui les porte.
J'ai pu confirmer la première partie de l'explication à la pédicure-podologue. Quant à la deuxième partie, je n'ai réalisé mon arbre généalogique "que" jusque 1686 et seulement sur mon nom de jeune fille. Bref il me manque plein de monde donc peut-être aussi des volatiles !

 

nourriture

 

Toujours est-il que cet article m'a fait penser à tous ces cris d'alarme concernant ce que nous mangeons.
Je croise souvent des gens qui me disent qu'ils ne savent plus quoi manger puisque tout est dangereux.
Chacun fait comme il peut. Question de temps, d'argent et d'énergie, d'envie

 

 

Deux petites réflexions cependant :

  1. La nature nous fournit quantité d'aliments diversifiés, certes pas uniformément répartis sur le globe, météo oblige, mais en tous cas à la surface du globe. Si le pétrole est profondément enfoui sous terre, c'est peut-être tout simplement qu'il fallait le laisser là-bas ? Ce n'est pas une bonne idée de le manger indirectement.
  2. Les lobbies du tabac financent quantité d'études depuis les années 1950 démontrant les liens entre nourriture et cancer*. Histoire qu'ils ne portent pas tout seuls le chapeau.

Voilà, à bon entendeur ...
Moi je porterai mes tongs le plus tard en saison possible, même avec des chaussettes !!!

Dédié à Brigitte C. (Belle-Maman), Florence B. (Maman) et

Florence T. (Restaurant Tambour Battant à Marcq-en-Barœul) qui cuisinent des plats équilibrés et délicieux. Merci.

(*) Sources :
Foucart S. "When science is hidden behind a smokescreen" in The Guardian
Eriksen M., Mackay J., Ross H., Shafey O. "The Tobacco Atlas" Ed. Atlanta American Cancer Society