pince cheveuxJ'allais me coucher et je l'ai vue, sur ma table de nuit.
Je n'ai pas tergiversé, je l'ai saisie pleine d'assurance et je l'ai rentrée au bercail, dans le tiroir de la salle de bain alloué, à sa place précise.

Une fois dans mon lit, je me suis demandé pourquoi j'avais rangé cette pince à cheveux avec autant de rapidité alors qu'à priori ça n'était pas fondamental de la ranger le soir-même. En tous cas moins qu'un sachet d'emmental râpé dans le réfrigérateur ou qu'un livre dans le cartable pour le cours du lendemain.
La réponse fut : ça va me contrarier si je la cherche demain.
Alors comme j'étais en pleine forme, j'ai réfléchi aux raisons pour lesquelles je range, à mes moteurs.
Je range moins que certains et plus que d'autres bien sûr, comme tout le monde ; c'est quoi mon truc à moi avec le rangement ?

Je viens de l'écrire, quand je sais que ça va m'énerver de ne pas trouver tel objet. [Compulsion moteur = éviter la colère]
Et puis quand je sais que des invités vont venir, davantage car je déteste ressentir de la honte que pour leur bien-être à eux. [Réflexion moteur = éviter la honte]
rangementJe range :


Quand j'étais ado, je rangeais ma chambre quand on ne voyait plus le sol. [Intéressant, mon moteur n'était ni une émotion ni un sentiment mais juste un aspect pratique d'accessibilité]

Je n'arrive pas à ranger juste pour moi, pour me faire plaisir à moi car je suis imprégnée de croyances telles que :

JardinRec

 

Enfin, je ne ressens pas le besoin de ranger la maison car je suis la plupart du temps dans mes pensées ; je vois ce qui traîne sans regarder. Cependant, j'aime que le jardin soit superbe car justement, c'est lui que je regarde quand je suis dans mes pensées.

 

***


puzzleVoilà, c'était un petit exercice d'introspection improvisé que vous pouvez réaliser à partir du mot ranger et plein d'autres verbes. Grâce à lui, je rangerai probablement plus volontiers à l'avenir, bénéficiant d'une relativisation de mon affectivité.

Creusez, laissez du temps à votre mémoire pour retrouver des phrases, des images, des sensations ; elles vous fournissent les pièces du puzzle unique représentant la relation que vous entretenez avec cette action.

 

Je préfère concentrer mon attention sur les détails que sur la globalité. Si vous, c'est l'inverse, au lieu de choisir un seul verbe et de le décortiquer longtemps, picorez un verbe, voyez globalement quelle impression résonne en vous et passez à un autre verbe.


Une fois l'exercice effectué, vous aurez fait un petit pas de côté, pris un peu de recul et fait un peu mieux connaissance avec vous-même, bravo :)