metiers

"Bonjour, je suis danseur."
Il se présente ainsi à l'assemblée.

Je ne sais pas si c'est le cas dans tous les pays mais en France, on se présente souvent par son métier. Et si tel n'est pas le cas, rapidement l'interlocuteur demande "Tu/vous fai(te)s quoi dans la vie ?".
Signe des temps, on s'identifie moins à l'entreprise qu'avant. Les enfants des générations passées disaient "Mon père est chez Renault" et l'enfant ne savait toujours pas ce que son père faisait de ses journées mais constatait que la réponse satisfaisait l'interlocuteur.

Je suis un métier.
C'est révélateur de notre besoin d'exister et de notre croyance qu'il est nécessaire de se positionner. Les signes extérieurs ne sont pas suffisants, on croit qu'il faut prouver, prouver encore qu'on vaut quelque chose. Et bien sûr, il le faut dans certains cas mais on s'habitue à le faire souvent voire tout le temps.

Et quid des chômeurs ? Ils ne sont rien d'autre que "chômeurs" ?
Oh puis ça plombe une conversation. L'interlocuteur va vite demander "Oui mais, à la base, tu fais quoi ?".
Surtout pas de vide, vite il faut remplir la vie et la conversation.

Je lis que le développement personnel est en plein essor.
Je trouve ça formidable tant dans notre scolarité nous apprenons si peu à nous connaître.
"Des études pour un métier." Tel semble être le credo de nos 20 premières années.

Je me souviens de ce médecin qui m'avait précisé "Ne dites pas que votre fils est asthmatique, il risque de s'identifier à sa faiblesse respiratoire. Dites qu'il fait de l'asthme."
Je lui en sais gré tant nous sommes capables de commettre d'involontaires indélicatesses.

Nous sommes tant de choses en vérité.
Notre état, notre personnalité, sont en devenir si nous nous ouvrons à nous-mêmes.

Voici, en guise de conclusion, ce que j'ai lu dans Psychologies magazine à propos des bénéfices du développement personnel :

  • S'améliorer
  • Œuvrer à un changement collectif
  • Développer la capacité à compter sur soi
  • Augmenter l'empathie vers autrui
  • Découvrir ses propres forces dissimulées dans ses défauts ou ses symptômes
  • Être ouvert aux autres
  • Le développement personnel augmente le sentiment de sociabilité
  • Et lors des ateliers en groupe, l'autre est un partenaire et plus un adversaire

© Psychologies Magazine

Plus de pistes pour sourire :
La prochaine fois que vous êtes à un repas, une réunion, une fête et que vous ne connaissez pas les invités, chronométrez au bout de combien de temps on vous demande ce que vous faites dans la vie.
N.B. : Le but n'est pas de "casser" cette personne qui probablement se plie juste aux conventions pour socialiser et passer le temps ;) .