Le présent et le réel

SybilLearnsToCookEn ce moment je découvre la série Downton Abbey.
Hier soir, j'ai regardé un épisode dans lequel Lady Sybil, la plus jeune des trois filles du comte et de la comtesse Crawley, apprend à cuisiner. Elle se trompe et fait rire les domestiques.

J'ai mis plusieurs mois à m'autoriser à regarder cette série. C'est la connaissance de mes pièges qui m'a finalement permis d'amadouer mes croyances. Je continue mon travail de mise à distance de l'ego. Mes lectures sont des point d'ancrage pour ne pas m'éloigner trop loin et éviter de partir en inconscience profonde.
Tout ce que je lis et expérimente se résume toujours à : revenir à soi, revenir à son corps, revenir au présent, revenir à la respiration.


PlateauArgentEt hier soir, après avoir regardé l'épisode et après avoir relu un chapitre du livre La guérison des 5 blessures, je me suis dit que nous avions quasi tous tendance à fusionner avec un projet, avec un produit, avec une personne, avec des éléments d'étude, avec une cause, une ambition, avec des souvenirs et ce faisant, l'ego garde son pouvoir.
Nous pouvons même être doublement éloignés de nous, par exemple en fusionnant avec les souvenirs d'un projet, ou avec les projets d'une autre personne : encore plus irréel !
C'est avec nous-mêmes que nous devrions chercher la fusion.
L'ego se sert de notre éducation, qui nous donne comme injonction de ne pas être égoïste, de ne pas être nombriliste, de ne pas être égocentrique et tous les synonymes, afin de nous faire croire que c'est mal de fusionner avec soi.
Et ainsi peinard, notre ego a des arguments servis sur un plateau d'argent pour garder son pouvoir.



EgoNotre cœur attend que nous fusionnions avec nous-mêmes. Alors nous pourrons offrir le meilleur à la vie, aux autres, à l'univers.
Fusionner avec soi, c'est revenir sans cesse (hormis durant les temps de travail, d'organisation de rendez-vous, etc indispensables) à la perception de ce qui se passe en nous et à l'extérieur de nous.
L'ego ne peut pas s'empêcher de juger cela et nous fait partir dans des pensées, des critiques et nous fait quitter la perception alors il faut ensuite revenir à la perception sans jugement.

 


Dans mon article Autoroute ou chemins de traverse, je parle des circuits neuronaux de notre cerveau qui deviennent des autoroutes à force d'entraînement. Si, à chaque fois que nous nous apercevons que nous sommes dans nos pensées, nous remercions notre ego d'avoir la volonté de trouver des moyens de moins souffrir (mais qui s'avèrent finalement inadaptés) et lui signifions que nous allons réussir à nous débrouiller sans lui, petit à petit l'ego diminue et la perception augmente.
fusionQuand j'arrive à avoir des périodes longues de fusion avec moi-même, c'est-à-dire au-delà de dix secondes (!), évidemment mes pensées ne peuvent pas s'empêcher de juger cette fusion et à chaque fois je me dis "mais la fusion avec soi c'est la jouissance permanente grâce à la respiration profonde, grâce à la caresse des vêtements sur la peau, grâce à la caresse de l'air sur la peau, grâce aux fourmillements de l'énergie qui circule dans notre corps, la sollicitation de nos muscles et aussi bien sûr tout ce que je peux voir, entendre, manger, sentir de délicieux" et c'est censuré par notre société, c'est incroyablement choquant et scandaleux de jouir en permanence par soi-même. Et que deviendrait la société de consommation ? Tout s'écroulerait !

 


YogiTeaÇa me fait sourire. Je me dis que "ça y est ! je suis repartie dans le jugement, dans le conditionnement des croyances" et je décide de retourner à ma jouissance car ce serait dommage de s'en priver. Serait-ce tabou ? Un des sens de la vie est de profiter des sens pour être dans la joie et quel plus beau cadeau alors que d'offrir des sourires ?

Visualisons Lady Sybil dans la cuisine de Downton Abbey, elle n'a pas pris les bons ingrédients pour la recette du bonheur.
Elle fait bouillir deux ingrédients ensemble pour qu'ils fusionnent mais le plat n'a pas bon goût.
Il nous faut changer l'ingrédient intrus qui nous éloigne de nous, qui nous éloigne de l'amour et de la vie.
A vos fourneaux !

 

N.B. : Je suis reconnaissante de pouvoir écrire cela après avoir souffert tous les jours pendant 25 ans. Que cet article permette aux personnes qui souffrent de maintenir le cap vers le bien-être.

Merci à C. de m'avoir convaincue de publier cet article que mon ego jugeait "politiquement incorrect"